Entretenir la mémoire du risque

La connaissance des phénomènes historiques sur un site est nécessaire pour permettre, aux populations entre autre, de se saisir du risque d’apparition de ce phénomène. Ceci est d’autant plus important lorsqu’il s’agit d’un phénomène dont la possibilité d’occurrence est très variable ou faible, par exemple dans le cas où il est conditionné par la rupture d’un ouvrage (qui ne s’est pas produite depuis longtemps). De plus, les populations peuvent ne pas avoir connu d’aléa, ce qui remet en question la notion de culture du risque attachée au territoire.

Un inventaire des phénomènes passés permet alors de remettre en mémoire ce risque, et ainsi de permettre la mise en place d’une prévention du risque. L’élaboration du PPR est donc un instant privilégié pour développer la culture du risque.